La réforme de la police de Cadix (1740)

Proclamation sur la nouvelle police des quartiers de Cadix (29 août 1740).
Source : AMC, Estadística, Caja 5719 / familysearch

L’historiographie sur la police, le contrôle social et les modes de gouvernance étatiques et urbains, a toujours été liée à la question de la modernité européenne. Elle s’est longtemps centrée sur le XIXe siècle, érigeant la Révolution française, la réforme de la police londonienne de 1829 ou la Troisième République comme autant de points de départ de cette modernité1. Depuis près de vingt ans, de nombreux historiens ont renouvelé ce cadre chronologique, en faisant de la seconde moitié du XVIIIe siècle le premier temps des réformes policières et d’une rationalisation marquée par les Lumières et le « despotisme éclairé ». Vincent Milliot évoque par exemple un temps européen des réformes policières, des années 1760 aux années 17902. Une analyse rapidement étendue aux colonies américaines3. La modernisation des pratiques et savoirs policiers serait liée, parmi d’autres critères, à la spatialisation (quadrillage par quartiers), à la mise en place de rondes de nuit et de patrouilles mixtes, ainsi qu’à la disciplinarisation qui mène vers une professionnalisation des polices4.

En contexte ibérique, on observe déjà ces éléments dans certaines villes bien avant la guerre de Sept Ans, y compris aux Amériques, comme la pratique du quadrillage à Carthagène des Indes ou à Santiago de Guatemala dès le milieu du XVIIe siècle. Ils apparaissent selon des chronologies locales inégales et irrégulières comme des réponses pragmatiques aux défis urbains que suscite la croissance démographique. Un tel pragmatisme est caractéristique des modes de gouvernance des sociétés urbaines d’Ancien Régime5. Par conséquent, ces réformes de la seconde moitié du XVIIIe siècle apparaissent comme la pérennisation de pratiques et de solutions anciennes, réadaptées à des contextes locaux dynamiques. Si les grandes réformes de la police havanaise en 1763 puis madrilène en 1768 sont perçues comme des tournants institutionnels6, elles n’en constituent pas moins une réactualisation de solutions proposées à Cadix dès 1740.

La réforme de la police gaditane, dont témoignent le documents d’archive ici présentés, a largement été sous-estimée par l’historiographie. Pourtant, on y trouve déjà tous les éléments qui feront la « modernité » de celles de la Havane et de Madrid : vingt-deux commissaires de quartier aux pouvoirs étendus, chargés d’immatriculer tous les habitants de la ville (propriétaires et locataires), d’effectuer des rondes nocturnes aux itinéraires rationnalisés et de lutter contre la délinquance et le vagabondage. Le compte-rendu de chaque ronde est par ailleurs détaillé par le commissaire dans un formulaire remis aux autorités municipales et au gouverneur7.


1. Sur les historiographies européennes sur la police, voir Vincent Milliot, « Mais que font les historiens de la police ? », dans Jean-Marc Berlière, Catherine Denys, Dominique Kalifa, Vincent Milliot (dir.), Métiers de police, Être policier en Europe, XVIIIe-XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 9-36.

2. Vincent Milliot, « Réformer les polices en Europe au siècle des Lumières », Francia, No. 37, 2010, p.435-454.

3. Vincent Denis, Catherine Denys (dir.), Polices d’empires. XVIIIe-XIXe siècles, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012 ; Arnaud Exbalin, Brigitte Marin, « Polices urbaines recomposées–Les alcaldes de barrio dans les territoires hispaniques, XVIIIe-XIXe siècle », Nuevo Mundo Mundos Nuevos (revue en ligne), 2017.

4. Bernard Gainot, « Diversité des pratiques de police dans les métropoles européennes », dans Catherine Denys, Brigitte Marin et Vincent Milliot (dir.), Réformer la police. Les mémoires policiers en Europe au XVIIIe siècle, 2009, p. 219-222. Sur les usages policiers de l’espace, voir le numéro spécial de la RHMC paru en 2003 (No. 50-1).

5. Voir Catherine Denys, La Police de Bruxelles entre réformes et révolutions (1748–1814). Police urbaine et modernité, Turnhout, Brepols Publishers, 2013.

6. François Godicheau, « Les commissaires de quartier à La Havane : d’une fondation pionnière à ‘la nécessité d’un système de police’ (1763-1812) », Nuevo Mundo Mundos Nuevos (revue en ligne), 2017 ; Brigitte Marin, « L’alcalde de barrio en Espagne au XVIIIe siècle : diffusion territoriale et adaptations locale », Nuevo Mundo Mundos Nuevos (revue en ligne), 2017.

7. AMC, Estadística, Caja 5719, Instruction pour les rondes de quartier, 24 septembre 1740 ; Formulaire type pour noter chaque jour le compte-rendu des rondes de quartier, 11 septembre 1740.




Citer ce billet
Baptiste Bonnefoy (2021, 15 juillet). La réforme de la police de Cadix (1740). Études ibériques. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/oyck

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search